Romain DRAHONNET

Romain DRAHONNET – Etudiant en Sociologie de 2007 à 2013

Son parcours


Suite à l’obtention d’un bac ES en 2006 et après une année de BTS en informatique de gestion à laquelle il ne donne pas suite, Romain s’oriente vers la sociologie.
A cause d’un travail étudiant trop présent et d’un manque de méthode, il double sa première année. Son parcours est ensuite relativement linéaire.
Au cours de sa troisième année, les différents outils qu’il a acquis lors des années précédentes prennent forme dans un grand ensemble.
Passionné depuis toujours par le domaine du football et intéressé depuis le lycée par la question de l’égalité des sexes, il décide d’effectuer son mémoire sur le football féminin. Il s’intéresse à l’intégration de normes considérées comme masculines par des pratiquantes ayant entre 6 et 13 ans. Pour cela, il devient éducateur sportif au sein du DFCO Féminin et monte une école de football féminin dans le club du FC Daix.
Il s’est alors rendu compte que le travail de terrain ne lui correspondait pas et son service civique effectué au FC Daix a conforté son intérêt pour le sponsoring et le marketing sportif. Il décide alors d’arrêter la sociologie après l’obtention de son Master 1.

Ce qu’il fait actuellement


Romain est actuellement en master 1 de management à l’IAE de Dijon et souhaite, par la suite, se spécialiser dans le domaine du marketing.

Un élément qui l’a marqué


Il retiendra de la sociologie la curiosité et l’ouverture d’esprit qui la caractérise.
La phrase qui l’a le plus marquée est tirée du film « La sociologie est un sport de combat » de Pierre BOURDIEU : « La sociologie c’est dire comment ça se fait que … ».

Son conseil


Chaque matière est importante et les compétences qui y sont acquises peuvent être réutilisées. La démographie par exemple est « un outil extrêmement précieux notamment dans le domaine du marketing auquel je me destine » d’après lui.

Lui et l’ADES


Romain a été en charge du journal de l’ADES pendant 2 ans. Il a également participé à l’organisation de la journée d’intégration, de soirées, à la réalisation des annales, à la recherche de partenaires, etc., mais surtout à l’organisation d’un colloque de Sociologie (« Une affaire de famille » en 2011). Il conseille l’expérience associative à tous, notamment parce qu’elle permet d’acquérir des compétences utiles au monde professionnel et de se faire des contacts.

-

- Témoignage recueilli en novembre 2013 - Paru dans The Frog Times #13 -

Tous droits réservés - Kévin MARTIN pour le compte de l'ADES - 2012