Aurore CULLIERE

Aurore CULLIERE – Etudiante en Sociologie de 2007 à 2011

Son parcours


Après un baccalauréat littéraire décroché en 2007, Aurore a choisi de continuer en licence de sociologie avec pour objectif de devenir professeur des écoles. Grâce à l’option de Préprofessionnalisation aux métiers de l'enseignement, elle a pu effectuer un stage en école et se rendre compte qu’elle n’était « pas du tout, du tout, faite pour ça ».
Elle a redoublé sa deuxième année, démotivée en partie parce qu’elle ne savait plus vers quoi se diriger. En parallèle, elle a découvert au cours des vacances d’été, le monde de l’hôtellerie qui lui a beaucoup plu et dans lequel elle a eu envie de poursuivre ses études.
Elle a finalement décroché sa licence en juin 2011 et a enchaîné sur une mention complémentaire Accueil-réception, qui est une formation professionnelle en un an, au CFA de Dijon. Elle a préparé cette mention en apprentissage à l'Hostellerie du Chapeau Rouge. Cette période a confirmé son envie de poursuivre dans le milieu de l’hôtellerie-restauration et sa volonté d’acquérir les connaissances théoriques qui lui manquaient.

Ce qu’elle fait maintenant


Elle a été admise en 2012, sur dossier et entretien, en première année de magistère de Tourisme option « Management des métiers de l'hôtellerie restauration et de l'hébergement » à l’université d’Angers. Cette formation se prépare en trois ans, équivaut à un niveau bac +5 et permet d’accéder à tous les postes cadres dans l'hôtellerie-restauration.
Aurore est actuellement en deuxième année de ce magistère, toujours à Angers. Ces études lui plaisent car, d’après elle, « au-delà du fait que le milieu [la] passionne, elles sont le mélange idéal entre cours théoriques et périodes de stage (3 mois minimum en première et deuxième années, 6 mois en troisième année) ». Elle réalise également son mémoire de fin d'études sur les restaurants gastronomiques et les apports de ceux-ci sur les autres services d'un établissement hôtelier.

Un élément qui l’a marquée


Aurore a été marquée par le sujet de son premier partiel en janvier 2008 « La sociologie est-elle une science comme une autre ? ». Elle ajoute « A ce moment-là, j’ai bien cru que j’allais tout arrêter ! ». Elle se souvient aussi de la première fois qu’elle a eu la moyenne en statistiques, au deuxième semestre de Licence 3, avec un 17. Elle n’en revenait pas !

Son conseil


« On me l'a souvent dit mais je sais maintenant que c'est vrai : il n'y a pas d'erreurs de parcours ou de mauvais choix, il n'y a que différents chemins possibles. Quand on regarde où j'en suis aujourd'hui, on pourrait se demander l'utilité de ma licence de sociologie. Pourtant cette discipline m'a apportée une très grande ouverture d'esprit ainsi que des outils très précieux dans la construction de mon mémoire. Je ne regrette rien et ces quatre années de licence ont été les plus belles et les plus riches de ma courte vie. »

Elle et l’ADES


Elle est arrivée à l'ADES juste après sa création, en octobre 2008. Elle a commencé en étant chargée de mission « Journée portes ouvertes », puis elle est devenue Secrétaire Générale en 2009. En 2010, elle a été élue Présidente, poste qu’elle a conservé pendant deux ans et demi, jusqu'à son déménagement à Angers. D’après elle, l'ADES a été une formidable école où elle a beaucoup appris et elle conseille à tout le monde de s'y engager. Elle s’y est également énormément amusée et y a rencontré une bonne partie de ses amis proches actuels. Elle conclue « Je suis très fière de voir l'ADES évoluer, portée par des étudiants motivés, et c'est toujours un plaisir de pouvoir de temps en temps venir rencontrer la relève et participer aux nouveaux événements ».

-

- Témoignage recueilli en mars 2014 - Paru dans The Frog Times #15 -

Tous droits réservés - Kévin MARTIN pour le compte de l'ADES - 2012