Laurine BERGER

Laurine BERGER – Etudiante en Sociologie de 2009 à 2012

Son parcours


Laurine obtient son baccalauréat série Littéraire en 2009. A la rentrée, elle décide d’intégrer la licence de sociologie après avoir raté l’oral du concours d’éducateur spécialisé. Sur les conseils de sa meilleure amie, elle-même déjà étudiante en sociologie, elle se dit que c’est l’occasion de découvrir le monde universitaire et que cela ne peut qu’être une bonne expérience. Aujourd’hui, elle ne le regrette pas !

Ce qu’elle fait actuellement


Laurine a passé trois ans à « user ses culottes sur les bancs des amphis » (je me devais de la citer), dont deux années de L1 à cause d’un trop plein de sorties. Elle finit par obtenir le concours de l’IRTESS et a donc abandonné la sociologie, heureuse d’enfin pouvoir suivre la voie qui lui tient à cœur et lassée des cours dispensés en licence. Laurine est à présent en troisième et dernière année à l’IRTESS de Dijon et devrait intégrer le monde du travail en juin prochain. Elle considère que la sociologie lui a beaucoup apportée et elle la retrouve aujourd’hui dans son cursus. Elle lui a également énormément servi lors de la partie écrite du concours puisqu’elle a pu réutiliser des bribes des cours « ô combien intéressants » de M. SCHEPENS.

Un élément qui l’a marquée


Laurine garde de nombreux souvenirs de ces trois années passées en sociologie. Elle se souvient notamment d’une mésaventure qu’elle a connu un jour de partiel : Laurine venait de Beaune en voiture, une clio non centralisée, et stressée et en retard, une fois garée, Laurine a couru jusqu’à l’amphithéâtre. Entre deux partiels, elle a voulu retourner à sa voiture pour récupérer des fiches de révision, seulement voilà, elle l’avait fermée en laissant les clés sur le contact. Jusqu’à 22h, une succession de personnes ont tenté d’ouvrir sa voiture, en vain. Et le lendemain, elle avait un partiel à 8h !

Son conseil


Laurine conseille de profiter au maximum de ce que peut apporter l’université : le savoir, la disponibilité des enseignants, la découverte et l’investissement personnel dans le milieu associatif, les rencontres et les cafés partagés, la bibliothèque universitaire dite BU, les soirées et les délires, bref la vie étudiante quoi ! Laurine résumerait la vie universitaire par le mot « partage ». La fac est une étape de sa vie qui l’a marquée, changée, fait grandir et a participé à faire d’elle celle qu’elle est aujourd’hui.

Elle et l’ADES


Laurine parle de l’ADES comme d’une grande histoire d’amour. Elle l’intègre en 2009 après avoir rencontré le président de l’époque à une soirée. Lorsqu’elle s’y rend pour la première fois avec sa meilleure amie, celle qui était également en sociologie, elles se demandent, anxieuses, ce qu’elles vont bien pouvoir y faire. Finalement, elle a accomplie beaucoup de choses et cela lui a beaucoup apporté, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Elle s’est beaucoup investie, a été vice-présidente en charge des soirées en 2010 et retient surtout l’esprit d’équipe, qui permet de mener à bien de gros et beaux projets. Elle se souvient aussi de la bonne ambiance, aussi bien en réunion que pendant les moments de détente au local.

-

- Témoignage recueilli en décembre 2014 - Paru dans The Frog Times #17 -

Tous droits réservés - Kévin MARTIN pour le compte de l'ADES - 2012